Q3 2014

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec Jane Proctor de l’ACDFL, Angela Fernandez de GS1 US, Ed Treacy de la PMA ou Dan Vaché d’United Fresh.

- Ron Lemaire, président de l’ACDFL
- Bob Carpenter, président-directeur général de GS1 US
- Bryan Silbermann, directeur général de la PMA
- Tom Stenzel, président-directeur général d’United Fresh

DANS CETTE MISE À JOUR:
Le point sur la réunion du conseil des chefs de file de l’ITFL
Les réflexions de Duda Farm Fresh Foods à propos de la mise en œuvre de l’ITFL
Mise à jour des documents de pratiques exemplaires sur les EPH
Des pratiques exemplaires en espagnol
Le point sur la réglementation proposée en matière de fruits et légumes au Canada
L’ITFL dans les médias

 

Le point sur la réunion du conseil des chefs de file de l’ITFL

Le conseil des chefs de file de l’ITFL a tenu sa deuxième réunion semestrielle le 17 octobre dernier, à Anaheim (Californie), lors du Fresh Summit 2014 de la Produce Marketing Association (PMA). Les cadres dirigeants du conseil, qui représentent chacun des volets de la chaîne d’approvisionnement des fruits et légumes, ont discuté des progrès réalisés par l’industrie pour atteindre les jalons de l’ITFL et mettre en œuvre des pratiques exemplaires. Pour lire le communiqué de presse complet de la réunion du conseil des chefs de file de l’ITFL, veuillez cliquer ici (en anglais).   

haute de page

Les réflexions de Duda Farm Fresh Foods à propos de la mise en œuvre de l’ITFL

Duda Farm Fresh Foods participe à l’Initiative sur la traçabilité des fruits et légume (ITFL) depuis ses débuts en 2008. David Best, le directeur des services logiciels de Duda, affirme que le système a été bien mis en place, mais qu’il faudra continuer à travailler dessus pour qu’il tienne compte des nouvelles normes, pratiques exemplaires et technologies. Selon lui, s’il y a une chose qui ne changera pas, par contre, c’est bien l’objectif de Duda : produire des aliments sains et salubres. « L’ITFL aidera à protéger le public en cas de rappel, car elle améliore l’identification des produits », de dire M. Best.

Contrairement à la majeure partie des cultivateurs et expéditeurs, Duda s’est créé un système personnalisé pour l’ITFL qu’elle a ensuite intégré dans son système de gestion des entrepôts.

« Nous avons installé sept versions différentes à l’échelle du pays, explique M. Best. Chacune d’elles est personnalisée et respecte les pratiques exemplaires de l’ITFL. »

Les étiquettes de l’ITFL sont créées dans les stations au moment où les produits sont emballés (parfois même avant) ainsi que sur le terrain. Ces étiquettes sont imprimées avec le GTIN Duda ou le propriétaire de la marque dans le cas de produits de marque privée.

Même si Duda espère ne jamais avoir à faire de rappel, l’avantage principal de l’ITFL serait d’accélérer l’identification des produits dans ce genre de situation. David Best mentionne également qu’en refermant les failles de manière à respecter les pratiques exemplaires de l’ITFL, il a été possible d’améliorer le suivi des produits à l’interne. De plus, il affirme que Duda a su atteindre le seuil de rentabilité pour le coût des étiquettes des contenants en plastique consignés (CPC). « Tous les CPC portaient déjà une étiquette avant l’ITFL, nous en utilisons simplement une autre maintenant ».

De plus, l’ITFL a considérablement amélioré les connaissances en matière de traçabilité de la société.

« Pour nous, [la mise en œuvre de l’ITFL] a été un projet colossal étalé sur plusieurs années et demandant la participation d’un tas de gens, explique M. Best. Nous faisions déjà la traçabilité avant, mais ce n’est pas tout le monde qui était au courant des processus que nous avions en place. Aujourd’hui, il y a tout un éventail de gens qui savent tout ce qu’il faut savoir. »

Puisque sa société a rapidement adopté l’ITFL, David Best connaît bien les défis auxquels les groupes de toutes tailles doivent faire face pour la mise en œuvre. Ses conseils :

  1. Choisissez un bon fournisseur en menant des entrevues avec plusieurs sociétés et en faisant participer vos employés sur le terrain.
  2. Pensez bien à l’attribution des GTIN et à la manière dont le processus pourra s’adapter lors de la création de nouveaux produits.
  3. Pensez bien à la manière dont vous allez définir les lots. Les lots ne doivent pas être trop petits, sans quoi vous aurez de la difficulté à en faire le suivi, ni trop gros, sans quoi vous risquez de perdre des tas de produits en cas de rappel.
  4. Suivez les lignes directrices de pratiques exemplaires de l’ITFL.

haute de page

Mise à jour des documents de pratiques exemplaires sur les EPH

Dans l’espoir de remédier aux problèmes d’efficacité sur les quais de chargement, le groupe de travail sur la mise en œuvre de l’ITFL a mis à jour deux documents de pratiques exemplaires, intitulés Best Practice for Use of Hybrid Pallet Labels by Receivers (pratiques exemplaires en ce qui concerne l’utilisation des étiquettes de palettes hybrides par les destinataires) et Best Practices for Formatting Hybrid Pallet Labels (pratiques exemplaires pour la mise en page des étiquettes de palettes hybrides). Ces documents mentionnent une nouvelle méthode d’utilisation de l’étiquette de palette hybride (imprimée et jointe au connaissement du conducteur). Cliquez ici pour voir les documents mis à jour.

haute de page

Des pratiques exemplaires en espagnol

Merci GS1 Mexico! Deux documents de pratiques exemplaires, PTI Practices for Preparing to Assign GTINs® (pratiques de l’ITFL pour la préparation de l’attribution de GTIN) et PTI Best Practices for Cross Docking and Load Only Services (pratiques exemplaires de l’ITFL pour le passage à quai et les services de chargement seulement) sont désormais accessibles en espagnol pour les membres hispanophones du secteur des fruits et légumes.

Pour accéder à ces pratiques exemplaires et à d’autres ressources, cliquez ici pour vous rendre sur le site Web de l’ITFL.

haute de page

Le point sur la réglementation proposée en matière de fruits et légumes au Canada

Les consultations du gouvernement vont bon train dans le cadre des efforts de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) visant à moderniser la réglementation, et l’ACDFL a collaboré tant avec le gouvernement qu’avec le secteur pour s’assurer que les lois comblent les besoins de l’industrie. L’Association a notamment passé un temps considérable sur les questions de traçabilité afin d’assurer la clarté et la fonctionnalité de la réglementation, surtout après la parution du langage réglementaire proposé.

Le groupe de travail sur la modernisation de la réglementation de l’ACDFL, auquel participent des représentants des secteurs canadien et américain, oriente les commentaires formulés pendant les consultations.

En août, l’ACDFL a ainsi fourni des commentaires sur la traçabilité afin de souligner les points suivants :

  • des préoccupations pour ce qui est de l’exigence proposée de tenue de dossier sur 3 ans (l’ACDFL a demandé de l’harmoniser avec les 2 ans prévus par la FSMA);
  • l’importance de remédier au manque de clarté quant à l’information de traçabilité demandée (p. ex. le lot n’était pas demandé);
  • le besoin de clarté et d’une approche raisonnable quant à la capacité du ministre de demander des renseignements sur la traçabilité dans un délai plus court que les 24 heures standard;
  • l’importance d’assurer la justesse pour différentes questions, notamment la différence entre les exigences de traçabilité à l’externe et à l’interne (par ex. entre les différents emplacements d’un organisme) et la définition d’une « personne » (pour le gouvernement, ce mot signifie généralement société ou partie responsable) dans la réglementation.

 Le calendrier mis à jour des prochaines étapes que suivra l’ACIA pour instaurer la nouvelle réglementation est le suivant :

  • Janvier 2015 - La réglementation proposée est publiée dans la Gazette du Canada, Partie I (une période de commentaires suivra).
  • Juin 2015 - La réglementation finale est publiée dans la Gazette du Canada, Partie II.

 L’ACDFL examinera la réglementation proposée au moment de sa publication et encouragera également le secteur à participer à cet important effort.

haute de page

L’ITFL dans les médias

Perishable News - De nos jours, les consommateurs veulent comprendre les bienfaits nutritionnels des fruits et légumes qu’ils achètent. C’est pour cette raison que l’Initiative sur la traçabilité des fruits et légumes (ITFL) est vitale : ce projet à l’échelle du secteur vise à créer un processus de traçabilité rapide et efficace permettant de faire le suivi du champ au supermarché par voie électronique.

Food Production Daily - Pour que la traçabilité puisse fonctionner, les intervenants du secteur alimentaire doivent créer et partager un vocabulaire commun sur la salubrité et l’approvisionnement, selon un expert de l’industrie.

Potato Grower - Il y a bien longtemps, le consommateur connaissait l’agriculteur et lui faisait confiance. Effectivement, avant l’apparition des grandes chaînes de détaillants, tout le monde consommait des fruits et légumes locaux. À cette époque, si on ne connaissait pas personnellement la personne qui cultivait les aliments vendus à l’épicerie du quartier, on en connaissait au moins le nom et la provenance.

Pour de plus amples renseignements, consultez le site http://www.producetraceability.org/news-events

haute de page